Un texte une image – n°8

02 Juin Un texte une image – n°8

Je suis venue là en pèlerinage

“Arrivée l’esprit chargé de bruits et de noirceur,
Je suis entrée tous crocs dehors,
Lourde, tendue, nouée, cadenassée.
Mes petits pas se muaient serrés
Tendus comme l’arc, rigide de peine
Prêts à céder.

Je suis venue là en pèlerinage,
Le cœur froid de la pierre froide
La tête des villes malgré mes pieds des champs.

J’aimerai que sous mes pas
Grandissent des racines
J’aimerai me lier à toi, Terre,
Me nourrir, me baigner, me bercer,
Devenir ton territoire, t’appartenir !

Arrivée comme la bête hurlante,
Déferlante, cherchant les ombrages,
J’avais oublié que j’avais bien des sens!

Et ces odeurs, et ces offrandes,
Tu me les as toutes transportées,
Sans effort, sans rancoeurs !?

Il n’y a pas de congénères.
Quelle liberté, quel apaisement.
Les bruits bruissants des milliards de petits êtres
Sans visage et sans nom,
Les chants des innocents qui n’ont pas le temps
Pour mes enfantillages!

Personne ne tire sur ma jupe
Pour me demander mon nom,
Et moi qui voudrais tant pouvoir nommer
Tous ces petits êtres des bois
Pour sentir couler la connaissance
Comme un liquide rassurant!

Je suis venue en pèlerinage,
Le cœur froid de la pierre froide
La tête des villes malgré mes pieds des champs.

Tout se transforme toujours dans la marche.
Il n’y a, il n’y aura plus de temps,
Personne pour m’attendre!

Rien à retrouver de l’autre côté des bois.
Il n’y a que le moment,
La respiration et le vent,
Les frôlements lointains,
Les sourds grognements,
Parfois un bref craquement
Et mes pas loin du chemin,
Ma tête des villes malgré mes pieds des champs…”

Texte et photographie: Claire Brandin

Claire Brandin
contact@clairebrandin.com
Aucun commentaire

Publiez un commentaire

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter

0

Your Cart